Dans l'amitié de mes genoux

projet en cours de production

 

Dans l’amitié de mes genoux est un projet de lecture vivante qui a pour but de plonger les spectateurs dans une histoire dont ils deviennent les acteurs.
Ce projet propose trois performances de 45 minutes (indépendantes les unes des autres) à destination d’un public (de tous âges) de 50 personnes maximum, assises sur des chaises disposées dans tout lieu capable de les accueillir (salle blanche, salle noire, et même à l’extérieur).
Une narratrice raconte une histoire que chaque spectateur anime de ses propres mains grâce à un dispositif posé sur ses genoux (suivant les histoires, ce sont des cubes que l’on assemble, des perles que l’on fait coulisser, des tissus que l’on déroule pour en suivre les fils).

 

Le dessous-dessus

« Ma vie n’est qu’une illusion, dit la taupe au ver. Tout ce que j’aimerais bien tenir contre moi m’échappe des mains. Tu ne peux pas comprendre parce que tu n’as pas de bras ; mais tu vois, chez nous les taupes, c’est comme si nos bras avaient été placés à l’envers. Dès qu’on veut s’emparer de quoi que ce soit, nos mains l’écartent sur le côté. En même temps, c’est ce mouvement-là qui nous fait avancer. On avance à la recherche de quelque chose qu’on ne pourra jamais obtenir. » 

Le cirque des montagnes

Poursuivant sa lecture, le petit tas d’os eut l’heureuse surprise de tomber sur une analyse développant les liens entre les aigles et les restes de leurs repas. Les aigles royaux peuvent contempler un temps infini les os de ceux qu’ils viennent de manger. Peut-être que cette forme de méditation leur permet de côtoyer en toute sérénité la mort qui rôde en permanence autour d’eux. « La mort, encore la mort ! Qu’est-ce que c’est que cette chose qui fascine tout le monde à part moi ? » s’exaspérait le tas d’os.

Cœurs de pierre

« Excuse-moi, mon chéri, dit l’émeraude au bloc de craie, mais je retrouve enfin la liberté. Tu ne peux pas imaginer dans quelles conditions j’ai vécu jusqu’à présent. » Sans omettre le moindre détail, elle expliqua son extraction au fond d’une mine en Colombie, son voyage en Inde pour une première taille, son séjour en France où, prise en charge dans un atelier spécialisé, elle fut corrigée, polie, ciselée en mille facettes qui chacune relevait du grand chic parisien.


 

Je télécharge la présentation et les histoires