— fantaisie lettriste en trois tableaux—

Le diable voyait dans son immortalité la garantie d’un pouvoir infini. Mais voilà qu’en haut d’un arbre, au beau milieu de la forêt, il découvre un fils perdu dans le bonheur d’écrire ses souvenirs d’enfance. Le diable repère aussitôt, entre les doigts du fils, une plume merveilleuse. Il est mort de jalousie; son éternité ne lui a donné ni enfance ni souvenirs. Il décide alors de renoncer à tous ses privilèges pour posséder cette plume et apprendre à écrire.